La peinture  moderne américaine du début du  XX siècle,avant Hopper
L’Ashcan School , début 1900 ( New York), caractérise une peinture réaliste  décrivant la misère sociale..  le Groupe des Huit (en 1908), venant souvent de l’illustration de presse,  – John Sloane, William Glakens, Ernest Lawson, Maurice Prendergast, George Luks, Everett Shinn, Arthur Davies et leur mentor Robert Henri – est en révolte contre l’académisme ambiant et ayant la volonté d’imposer le présent comme sujet de peinture tout en cherchant un style authentiquement américain –

486px-Snow_in_New_York

 

 

 

 

 

 

Peinture de Robert Henri "Snow in New York" 1902

Notes sur Edward Hopper

Biographie voir Wikipedia

Et même si E.Hopper a été formé par Robert Henri, leader du groupe des Huit, il ne se reconnait pas dans leur peinture et est plus sensible à la peinture européenne (Rembrandt, Vermeer) , et particulièrement à la peinture  moderne française. ( Séjours en France) Il s’intéresse à Marquet, aux Fauves et aussi à Degas.. Cette influence  lui sera préjudiciable au début de sa carrière de peintre, les critiques américains  perçoivent ces tableaux comme trop français ( Soir Bleu ,1914) .Et c’est à partir de 1924 , après avoir réalisé une série d’aquarelles de maisons victoriennes, qu’il devient un peintre américain aux yeux du public..

Peintures: Edgar Degas ( Ballet Robert le Diable)  et Albert Marquet
edgar-degas-ballet-de-robert-le-diable-1872marquet-albert-02

 

 

 

 

 

 


Notes sur sa peinture

A la différence de Norman Rockwell, E.Hopper  n’utilise pas la photographie dans l’élaboration de ses oeuvres,.Quant au cinéma,  même si quelques ambiances du film noir  américain  peuvent être associées à certains de ses tableaux, Hopper  a surtout apprécié le cinéma expressionniste allemand ( Lang, Murnau, Wiene..)  et ce gout pour  les éclairages   et les ombres intruses. Ce qui  séduit Hopper dans le cinéma ,ce n’est pas la narration mais la suspension, l’arrêt sur image  perçu parfois  par  le public  comme relevant de la "mélancolie"

2-02 M_le_Maudit_1931_8EdwardHopper_NightShadows

 

 

 

 

 

 

extrait de M.Le maudit de F.Lang (1931) et Night Shadows de E.Hopper (1921)

 

 Les dispositifs de construction  de l’image sont plus influencés par le théatre, Hopper est fasciné par les pièces d’Ibsen  mais aussi par la peinture de  Degas (danseuses, scènes de théatre) .Quand Hopper crée ses compositions, ses éléments lumineux sont factices,  son tableau est construit comme une scène de théatre et crée un sentiment de  distanciation ( les fenêtres et les intérieurs  décadrés par exemple) et non d'identification comme au cinéma.

e6415333 3485978790_02bbe056ea

 

 

 

 

 

 

 

Peinture Edgar Degas ,Orchestre de l'Opéra ,1869........et E.Hopper "First Row Orchestra" 1951

 

 

La première consécration de Hopper a lieu ,en 1933 , au MoMa de New York.. Dans la préface du catalogue Alfred Barr analyse l’oeuvre de Hopper comme appartenant  à la veine cubiste voire même  de la peinture abstraite

“Tes tableaux sont les mêmes que ceux de Mondrian”  dit l’historien de l’art Goodrich.

E.Hopper" MorningSun "1952  et version retouchée

morning sunmorning-sun-retouch

 

 

 

 

 

 

Et si  la critique européenne a longtemps considéré le travail de Hopper comme relevant d’un Réalisme illustratif, le  mouvement Pop Art  l’a de nouveau remis en premier plan  après une période où l’Abstraction l’avait éclipsé..

 

 

 

 

Influences de l'oeuvre de Hopper sur le cinéma, exemples..

Psycho (1960) d'Alfred Hitchcock et Rear Window ( "fenêtre sur cour",1954)

 

Psycho_house_on_hill_Norman_Bates18984217

Diaporama sonore rue 89  sur la vie et 3 oeuvres de E.Hopper :  LINK

article rédigé à partir des interviews de Didier Ottinger,commissaire de l'exposition Hopper/GrandPalais/2012