La légende  raconte que la fille du célèbre potier Dibutade, traça le contour de l’ombre du visage de  son amant projetée sur le mur  à la veille de son départ.. Dibutade, en aurait tiré un relief en appliquant de l’argile sur le dessin (  mythes sur la naissance du dessin et de la sculpture)

Le portrait  en silhouette ou ombromanie devient à la mode sous le règne de Louis XV.L’étymologie du mot silhouette vient de Etienne de Silhouette (1709-1767), ministre éphémère des finances. On avance plusieurs hypothèses sur les raisons de l’utilisation de  son nom pour désigner  le papier découpé : une plaisanterie concernant sa politique très économe, la brièveté de son mandat ou une éventuelle passion pour la découpe de papier découpé..

2286814353_cc0f9c27a5
Les techniques de la silhouette sont variées allant d’une pratique intuitive ( découpe à vue) jusqu’au report de l’ombre portée sur un verre dépoli.Assez vite les silhouettistes auront recours à des procédés mécaniques permettant entre autre la réduction du profil à une taille équivalente au portrait miniature..( Physionotrace inventé par Gilles Louis Chrétien,1745 -1811,  avec utilisation du  pantographe)..

Techniques utilisées: papier teint découpé,  gravure,silhouette encrée, noir de fumée et bière,  supports : papier, verre, plâtre..

jaic41_03_001_ch1fg6
Les causes du  succès de la silhouette ,au XVIII siècle, sont le caractère bon marché très apprécié par les classes moyennes, la rapidité d’exécution , la mode de la physiognomie ( psychologie par les traits du visage) dont Lavater en est  le promoteur et le retour à la ligne néoclassique (  avec la référence à Dibutade).
Deux silhouettistes les plus célèbres : Isabella Beetham ( 1753-1825) et Augustin  Edouard ( 1789-1861)

)beetham       edouard

Plus que la camera obscura, c’est la silhouette par sa dimension socioculturelle qui annonce la photographie.

Référence : Silhouettes par Emma Rutherford


KARA WALKER



12walk_paperKara Walker est une artiste plasticienne  afro-américaine dont la production tourne autour  d'une relecture politique critique et personnelle  de l'esclavage noir aux Etats Unis ..
12walk "Quand il ne s’agit pas d’aquarelles, de films à partir de découpages animés, ou du détournement d’archives historiques, les panoramas de silhouettes empruntés à la tradition européenne prennent les couleurs et les contours au piège d’aplats monochromes, et par la même occasion les vocabulaires partisans dans leurs propres filets .."( Caroline Bousbib/evene.fr)