Hieronymus van Aken, dit Jérome Bosch (1451-1516)
La peinture de Bosch, très appréciée  et  copiée à son époque,  appartient à l’imaginaire médiévale .L’artiste était parfaitement intégré dans la vie sociale de sa ville et jouissait d’une situation confortable ..
“Saint Antoine” : le thème
Vers la fin du Moyen Age ravagé par  les guerres et les maladies, apparait le culte florissant des “Saints”  et de leurs reliques . Saint Antoine,souvent représenté en vieillard barbu était  particulièrement vénéré et  protégeait de  l’ergotisme, l’ergot est un parasite du seigle ( dont la farine sert à la fabrication du pain), ce champignon provoque  une  gangrène douloureuse  ( feu de saint antoine) , des hallucinations voire des psychoses    perçues à l’époque comme des manifestations diaboliques..Saint Antoine était aussi le saint protecteur des animaux d’élevage et particulièrement du porc. .Dans ce tableau , on peut repérer des références à ”La Légende Dorée” de Jacques de Voragine (13 siècle) qui racontait  les tentations du Saint dans le désert d ‘Egypte.
Il n’est pas inutile de souligner  que ce tableau ,en parfaite  conformité avec le  christiannisme, joue sur l’allégorie religieuse ,  les symboles mystiques voire ésotériques ou astrologiques  de  son époque et sur les illustrations d’expression populaire locale  qui  sont difficilement décodables pour un public d’aujourd’hui .
ME0000087704_3
Le tableau, huile sur bois  vers 1505
Un triptyque  est un tableau en trois volets  dont les deux extérieurs  peuvent se refermer sur celui du milieu.
Les trois volets sont  unifiés par une même ligne d'horizon, par un ciel  assez neutre que seul trouble un incendie sur le panneau central , la composition fonctionne vers  un centre où serait  Saint Antoine bénissant . Toutefois la lecture de ce tableau n’est pas linéaire , il n’ y a pas de narration  mais  plus  une déambulation , une dérive vers le détail..
Le volet de gauche , il y a deux Saint Antoine, le premier dans les airs échappant aux hordes démoniaques et l’autre  dans la partie inférieure est un Saint    abattu soutenu par deux  moines antonins et un laîque.. Le paysage est composé de saynettes  dont certains personnages burlesques ,  portant souvent  du rouge, caricaturent  les hérésies  et les défauts  de l’humanité  .
Sur le panneau central, le saint est à peu près à la même échelle que les autres personnages, se trouve au milieu, à genoux, sa canne posée contre un muret. Il lève la main droite ,  à la fois un signe de bénédiction et un relai du  christ , il regarde le spectateur.  L’incendie peut avoir un rapport avec la maladie ‘Feu de Saint Antoine” et  l’incendie de sa ville natale de Bois le Duc , le  contexte environnant  représente des scènes chaotiques du Moyen Age comme des bandes armées. Plusieurs estropiés sont autant d’indices de  rappel de la maladie qu’est l’ergotisme .Sur ce panneau, également des scènes de luxure se mêlant à des monstres hybrides sortant d’un monde hallucinatoire et diabolique  ,allusions probables  à la maladie.
tempt_c
Sur le panneau droit, (la Luxure) le saint est assis sur un banc, plongé dans sa lecture. Il réussit à ne pas se laisser tenter par la chair, représentée par une femme nue, ni par la nourriture posée sur la table.

Tableau ( collection Musée de Lisbonne et croquis photos RMN)

cliquez pour agrandir  la reproduction
bosch_saint_antoine:

94_052864

94_052859