"Je voulais manifester le temps,
son changement dans la durée,
celui que montre la nature,
mais d'une manière propre à l'homme,
sujet conscient de sa présence
définie par la mort :
émotion de la vie dans la durée irréversible."
                                      Roman Opalka


"Dès lorschacune de ses toiles devient une notation linéaire des moments successifs du temps qui passe.

1_millionChaque "note" est faite avec du pigment blanc sur un espace de fond gris, lequel est à chaque fois éclairci d’un pour cent, jusqu’à parvenir à une note blanche sur fond blanc. Parallèlement, Opalka mène deux autres travaux: il récite, pour l’enregistrer sur un support audio, la succession des chiffres, et, simultanément, il commence à photographier son propre visage à intervalles réguliers.
roman_fin_detail_photoroman_en_1965roman_actuel